LA TOTALITÉ DES SERVICES DE POLICE D’UNE VILLE DÉMISSIONNE…

Publié le Mis à jour le

PARCE QUE SA HIÉRARCHIE N’A DE CESSE DE LUI DEMANDER DE COMMETTRE DES «ACTES ILLÉGAUX ET IMMORAUX»

entire-towns-police-dept-quits

Par Claire Bernish

Une ville de l’Indiana se retrouve sans force de police après que chaque officier eut démissionné en raison, disent-ils, des demandes répétées de la municipalité de commettre «des actes illégaux, immoraux et contraire à l’éthique».

«Nous avons eu des problèmes avec l’administration de la ville où se déroulent des activités qui, à mon sens, ne servent que son propre agenda», a dit l’ancien commissaire de la ville de Bunker Hill, Michael Thomison, à un associé de la Fox News locale.

Thomison et les quatre autres officiers qui composaient l’équipe complète des forces de l’ordre de Bunker Hill – une population de 888 personnes selon le recensement de 2010 – ont décidé qu’ils en avaient assez des demandes de la municipalité et, lundi soir, ils ont remis leurs lettres de démission.

Selon Thomison lors d’un entretien avec la Tribune Kokomo [journal local…], les membres du conseil municipal lui avaient demandé d’effectuer des vérifications d’antécédents criminels sur d’autres membres du conseil municipal et de garder confidentiels les résultats de ces vérifications.

«J’ai eu à leur expliquer la nature de ce qu’ils me demandaient et leur ai bien fait comprendre que je ne participerais pas à ce type d’actions», a-t-il fait remarquer.

Thomison a également expliqué que la ville avait réduit le nombre de policiers remplaçants de neuf à tout juste quatre, et a réduit le secteur où ils seraient autorisés à patrouiller. Et, pire, l’ancien commissaire a accusé le conseil municipal de réduire ses heures à un mi-temps afin d’éviter de lui payer son assurance maladie après qu’on lui eut diagnostiqué un cancer.

«Ils m’ont carrément dit que mon assurance coûtait beaucoup trop d’argent à la ville et qu’on réduirait mes heures à un mi-temps» a-t-il dit à Fox 59.

Thomison a l’intention d’intenter un procès sur cette question.

«La municipalité a refusé de s’informer sur la manière de gérer une ville», a-t-il déclaré, «ils continuent à mettre en place leurs agendas personnels soit afin d’épuiser les services de police, soit pour faire en sorte qu’il soit impossible de travailler avec ou pour eux.»

Bunker Hill avait embauché Thomison en tant que commissaire en 2013. Il a confié à la Tribune qu’il ne voulait pas démissionner, «mais plus longtemps je reste ici et plus difficile cela devient d’accomplir quoi que ce soit. Il est temps que je m’éloigne et que je fasse quelque chose d’autre.»

«La communauté va souffrir mais je ne peux continuer à rester ici quand il n’y a aucun soutien pour le service ou aucun remplacement.»

Bien sûr, les officiers ont également parlé de questions de sécurité dans leurs lettres de démission – y compris qu’ils devaient partager un seul gilet pare-balles, ce qui rend les arrestations encore plus dangereuses.

«Je ne voulais pas avoir à envoyer quelqu’un sur le terrain avec un gilet pare-balles en piteux état, alors j’enlevais le mien pour le prêter aux autres officiers», dit Thomison à l’associé de Fox News. «Je leur ai dit que nous devons fournir cela, il y a un code IC qui le prévoit et stipule que la ville a l’obligation de fournir les gilets pare-balles.»

Bunker Hill cherche désespérément des officiers pour remplir le vide causé par le départ de Thomison et de ses co-équipiers, mais il a dit à Fox 59 que personne ne veut de ce boulot. «Je sais qu’ils sont frénétiques et qu’ils ont contacté d’autres officiers qui ne veulent pas du poste», a-t-il dit.

Mais les services de police ne sont pas la seule perte de Bunker Hill – la ville ne possède plus de service d’urbanisme après que le commissaire de l’urbanisme, Bill Gornto, eut également remis sa démission lundi en faisant référence à des problèmes similaires à ceux des policiers démissionnaires.

«À cause des actions de l’actuel conseil municipal, je me retrouve incapable de continuer dans ce boulot», a écrit Gornto, cité dans la Tribune. «Ceci signifie que vous devez maintenant notifier le service d’urbanisme de l’État qu’il n’existe plus de service valide ici.»

Même le vice-président du conseil municipal, Jim Panther, a remis sa démission qui prendra effet à la fin de l’année ; mais il n’a fait mention que de problèmes personnels liés à sa décision.

Le shérif du comté de Miami, Tim Miller, a dit à la Tribune que les policiers remplaçants se chargeraient de remplir le vide s’agissant du respect de l’application des lois dans la ville de Bunker Hill jusqu’à ce qu’elle soit en mesure d’embaucher un nouveau service de police.

Les conseillers municipaux n’ont pas souhaité commenter au sujet des lettres de démission, et le président du conseil, Brock Speer, a dit concernant l’exode massif des fonctionnaires : «Nous sommes un peu désagréablement surpris que tout le monde démissionne, mais c’est comme ça.»

Une chose fort étonnante c’est que, sans son service de police, la ville pourrait tomber dans le chaos total. Toutefois, il y a plus vraisemblablement eu une diminution des extorsions des automobilistes concernant les vitres fumées, les infractions à la ceinture de sécurité, les ampoules des plaques d’immatriculation et autres ‘lois’ totalement arbitraires conçues pour ponctionner le citoyen.

Vu sur : Stillness in the Storm

Source: http://thefreethoughtproject.com/police-force-quits-immoral-illegal/

Publié le 04 décembre 2016 sur The Free Thought Project.

Traduit de l’anglais par BibiCabaya (20 décembre 2016).


 

Je reposte ici une traduction, publiée le 08 mars 2015 sur BibiCabaya, intitulée «CEUX QUI EXÉCUTENT LES ORDRES» d’après une vidéo de Mark Passio, car il est de plus en plus impératif de dire NON à toute demande illicite, illégale, illégitime, contraire à l’éthique et qui porte préjudice à autrui. Comme le dit Mark Passio : «Ce sont ceux qui exécutent les ordres qui maintiennent le système esclavagiste en place.» Autrement dit, que ceux qui vous donnent de tels ordres aillent faire leur sale boulot eux-mêmes…

CEUX QUI EXÉCUTENT LES ORDRES

Extrait de la conférence de Mark Passio intitulée «Natural Law : The REAL Law Of Attraction And How To Apply It In Your Life» (La Loi Naturelle : la VÉRITABLE Loi d’Attraction et comment l’appliquer à votre vie) du 19 octobre 2013 à l’Hôtel Omni à New Haven dans le Connecticut aux États-Unis. Cette conférence n’a strictement rien à voir avec ce que racontent les gurus du New Age. Mark Passio nous livre à travers ses conférences les bases de la prochaine révolution mondiale spirituelle.

«Quand l’injustice se fait loi, la résistance devient un devoir.» ~ Thomas Jefferson.

Transcription et traduction de la vidéo :

Ceux qui exécutent les ordres sont ceux qui maintiennent le système esclavagiste en place. Ce sont eux qui maintiennent le système esclavagiste en place. Je vais répéter ça : «Ceux qui exécutent les ordres sont ceux qui maintiennent l’esclavage en place.» Ce ne sont ni la classe dirigeante, ni les maîtres, ni même la soi-disant élite qui n’est l’élite de rien du tout sinon des fonds de poubelles. Les gens qui maintiennent l’esclavage en place sont les gens qui exécutent obstinément leurs ordres. Personne ne veut l’entendre et les gens vous détesteront si vous le dites. Par définition, exécuter les ordres signifie «Faire ce que l’on vous dit de faire sans juger par vous-même si l’action que l’on vous a ordonné de faire est en réalité bonne ou mauvaise.» C’est la définition de exécuter les ordres. Quelqu’un peut-il réfuter cela ? N’est-ce pas la véritable définition de exécuter les ordres de quelqu’un d’autre ? Par définition, si vous exécutez les ordres, cela veut dire qu’on vous donne un ordre et que vous agissez et vous le faites parce que vous exécutez les ordres. Vous ne restez pas là à vous demander «Est-ce que ce que m’a demandé de faire cette personne est bien ? Ai-je le droit de faire cela ? Est-ce moral d’agir ainsi ? Devrais-je faire cela parce que c’est acceptable et que cela ne fait de tort à personne ou devrais-je ne pas agir de la sorte parce que précisément cela porte préjudice à quelqu’un ?» Ce n’est pas ce que pense quelqu’un qui exécute les ordres. Quelqu’un qui exécute les ordres dit «Oui, monsieur !» et exécute l’ordre. C’est pour cela qu’on l’appelle ‘quelqu’un qui exécute les ordres‘. C’est pour cela qu’on appelle cela ‘exécuter les ordres‘. Donc, c’est cela la définition de quelqu’un qui exécute les ordres, ce n’est pas ma perception de ce qu’est quelqu’un qui exécute les ordres : c’est en fait la définition de ‘exécuter les ordres‘.

C’est capital de comprendre ce qui suit : si un individu exécute la tâche qui consiste à exécuter les ordres alors, par définition, cet individu NE PEUT PAS être en train d’exercer sa CONSCIENCE car exercer sa conscience, par définition, veut dire qu’il choisira sciemment par lui-même et par libre-arbitre l’action juste plutôt que la mauvaise action. Le concept d’exécuter les ordres est complètement opposé au concept d’exercer sa conscience. On ne peut pas faire les deux à la fois, c’est impossible, car il y a contradiction dans les termes, par définition. La plupart des gens ne comprennent pas cela. Par définition, si vous exécutez les ordres, vous ne pouvez pas être en train d’exercer votre conscience qui implique le choix du libre-arbitre basé sur la connaissance du Bien et du Mal.

Voilà, en ce qui concerne la nation, où nous ont menés ceux qui exécutent les ordres. Pas que nous n’ayons pas déjà été dans une telle situation [avec les Nazis]; pas que ces gens ne nous aient pas déjà dupés, parce que nous avions déjà été embobinés par eux à notre insu : ils nous ont fait traverser le système éducatif ! Ils n’auraient pas le faire militairement, alors ils se sont dit «Bon, envoyons-leur nos idéologues pour qu’ils pénètrent l’esprit de leurs enfants.» Si vous ne croyez pas que c’est ce qui se passe alors vous êtes bien naïfs. Pas seulement les Nazis mais aussi les Communistes, parce que ce ne sont finalement que deux formes du socialisme. C’est ce qu’est la féodalité. Socialisme mondial signifie pas de propriété privée : l’État possède tout, les droits n’existent pas, les droits de propriété n’existent pas, tout le monde est un serf à nouveau. Cela s’appelle la néo-féodalité. Quelle qu’en soit la ramification : si ça vient de la Gauche, cela s’appelle le communisme, si ça vient de la Droite, cela s’appelle le national-socialisme. Le communisme et le socialisme international sont la même force qui s’appelle féodalité. Et la féodalité est tout simplement un autre terme pour désigner l’esclavage.

Ils veulent la néo-féodalité qui est le Nouvel Ordre Mondial d’esclavage. Et c’est déjà là, ce n’est pas quelque chose qui est en train d’arriver : c’est là maintenant. L’objectif est d’en sortir. Et tout ça c’est le résultat de l’exécution des ordres, voilà où l’exécution des ordres nous a menés sur le plan sociétal. L’exécution des ordres ne devrait jamais être considérée comme une vertu. L’exécution des ordres est mal. Il importe peu que ce soit quelqu’un considéré comme un sage qui me donne un ordre ; si j’exécute cet ordre alors j’aurais commis un acte mauvais, en ce qui me concerne. Si j’agis seulement sur la base de ce que me dit quelqu’un d’autre, c’est mal. Il n’y a aucune moralité dans cette attitude, aucune. Ce n’est pas une vertu : c’est mal. J’insiste sur ce point car je veux qu’il soit très clair, c’est pour cela que je le martèle sans équivoque. Il n’existe aucune morale possible dans le fait d’exécuter des ordres. Les deux termes sont contradictoires.

«Je ne faisais qu’exécuter les ordres» n’est jamais une excuse valable ou une justification des comportements immoraux ou criminels, et cette piètre tentative d’abdiquer sa propre responsabilité NE DEVRAIT JAMAIS ÊTRE ACCEPTÉE comme une excuse valable pour de tels comportements. Et c’est comme ça que cela se fait : par la justification ; ce mot signifie ‘créer un droit‘. Il vient du nom latin ‘jus‘ qui veut dire ‘droit‘ et du verbe ‘facere‘ qui veut dire ‘faire, créer‘. Et c’est bien ce qu’ils disent «Je ne faisais qu’exécuter les ordres, je ne faisais que mon travail. Je mettais fin à votre protestation. Vous n’avez pas le droit de parler ; les politiciens me l’ont ordonné. Donc, je suis venu et j’ai fait mon travail : j’ai utilisé un canon à son contre vous. Je ne faisais que mon travail en exécutant les ordres.» C’est une justification. Vous êtes un criminel. Il n’y a rien de vertueux dans cela, rien de moral. Cela porte un nom : ‘comportement criminel‘, ‘activité criminelle‘. Et ce qu’ils font c’est tenter d’ériger ce comportement en droit, en justification. Personne ne devrait jamais accepter leurs justifications. Savez-vous ce qu’est une justification ? C’est un tissu de mensonge total. C’est un mensonge. Ils vous regardent droit dans les yeux et vous disent «Je ne suis pas responsable de ça. Je l’ai fait mais je ne suis pas responsable parce que j’exécutais les ordres.» Cette ligne de défense n’a pas marché à Nüremberg et personne en Amérique ne devrait l’accepter. Personne. [En réponse à une question d’un auditeur :] Parce qu’ils croyaient en la légitimité de l’autorité et du gouvernement à cause du contrôle de l’esprit. Ils y ont cru. Ils ont cru que c’était légitime de faire ça. La plupart des gens croient que ces comportements criminels sont légitimes parce qu’une classe de gens qui se fait appeler ‘gouvernement‘ croit qu’elle aurait été douée et pénétrée par magie de tels droits. Ces gens-là croient qu’ils ont des droits que d’autres n’ont pas. Ils le croient vraiment, mais le pire c’est que même ceux qui subissent leurs comportements criminels croient que ces gens ont l’autorité d’agir ainsi.

Gandhi a dit : «La meilleure façon de soutenir un mauvais régime est d’obéir à ses ordres et à ses décrets. Aucun mauvais régime ne mérite une telle allégeance. Lui faire allégeance c’est partager sa cruauté. Une personne honnête résistera à un mauvais régime de toute son âme.» Ce qui signifie DIRE NON.

Mark Passio, 2013

Traduit de l’anglais par Sylvie C. Buisson (07 mars 2015)

Le séminaire entier

Autre lien : Tragedy and Hope

Le Site de Mark Passio : What On Earth Is Happening (‘mais que se passe-t-il donc sur Terre ?’ ou ‘Mais que diable se passe-t-il ?’).

Publicités