COMMENT PAYER SES « DETTES » SANS DÉBOURSER UN SOU [Mise à jour]

Publié le Mis à jour le

L’HISTOIRE NON CENSURÉE DU PROCÈS DE SANTOS BONACCI

santos-bonacci-5

«Les médias sont l’entité la plus puissante sur Terre. Ils ont le pouvoir de rendre l’innocent coupable et le coupable innocent, et ça c’est du pouvoir, parce qu’ils contrôlent l’esprit des masses.» ~ Malcolm X


Voici, ci-dessous, l’histoire, telle que racontée par les médias de masse dont le but est de nous maintenir dans l’ignorance et le mensonge afin que le système qu’ils soutiennent tire le maximum de profit de nous tous, nous ses esclaves commerciaux.

Transcription de la vidéo :

Le journaliste TV : «Un ‘évadé des péagesi en série’ a fait face à la justice avec une dette de plus de AUDii 130 000 en amendes impayées. Santos Bonacci a dit au magistrat qu’il paierait la somme totale en moins de trois mois, mais après l’audience, il a changé d’avis…»

Journaliste TV narrateur : «Pour ses amis et partisans, Santos Bonacci est une superstar digne d’avoir sa propre équipe de tournage. Mais aux yeux de la justiceiii, il ne fait que voler les contribuablesiv, et le fait depuis 2010. Bonacci a récolté 483 amendes pour n’avoir pas payé les compagnies de péage Eastlink et Citilink ainsi que des PV de circulation, ce qui lui a valu une facture de AUD 132 000. S’il ne paie pas, il fait face à une peine de 916 jours de prison [deux ans et demie]. Jusqu’ici il a déjà purgé 9 jours mais, à ce qu’il paraît, ces jours-là ne comptent pas.

Le journaliste interviewer à Santos Bonacci : «Êtes-vous inquiet à l’idée d’aller en prison ?»

Santos Bonacci : «Je suis un homme vivant, je ne vais pas en prison.»

Le journaliste narrateur : «Lors d’une comparution bizarrev au tribunal Dandenong aujourd’hui, l’homme de 51 ans a offert de payer la note en réglant le montant total. Mais le juge a estimé qu’il s’agissait là d’une énorme somme d’argent et suggéra un échéancier de remboursement. Bonacci a demandé 90 jours pour s’acquitter de son «dû»vi. À la sortie du tribunal, toutefois, l’affaire est devenue un peu plus compliquée que ça…»

Le journaliste interviewer : «Allez-vous payer l’amende ?»

Santos Bonacci : «Eh bien, nous allons la payer de la bonne façon, pas avec des espèces comme le font les idiots. La manière dont on paie toute chose se fait par billets à ordre…» …

Le journaliste narrateur : «Les supporters de Bonacci l’ont suivi à l’intérieur du tribunal et ont rempli la salle d’audience à craquer. Ils injuriaientvii le juge et se référaient à la justice victorienne [de l’État de Victoria] comme étant corrompueviii mais, en dépit d’avertissements, les abus verbaux ont continué pendant presque toute la durée de l’audienceix. Bonacci est attendu à nouveau au tribunal dans trois mois. Il prétend que ce ne sera pas nécessaire. Michael [nom indistinct] pour Seven News.»

**********

Publicité : « Vous pouvez compter sur Seven News ! » 😃😃

**********

«Les yeux ne peuvent voir ce que l’esprit ignore.» ~ Auteur inconnu.

Julian Assange, journaliste : «Nous vivons dans une ‘médiacratie’ dans laquelle ce qui est possible politiquement est défini par l’environnement médiatique. En Australie, Murdoch News Corporation est propriétaire de 60% des médias de masse. Une des pires concentrations de possession de médias au monde.

George Carlin, comédien, écrivain, critique social : «Je parle des véritables propriétaires ici, les vrais propriétaires : les grandes et riches entreprises qui contrôlent tout et prennent les plus importantes décisions. Oubliez les politiciens ! Les politiciens sont placés là pour vous faire croire que vous avez la liberté de choix. Vous ne l’avez pas ! Vous n’avez aucun choix. Vous avez des propriétaires : ils VOUS possèdent, ils possèdent TOUT. Ils possèdent toutes les terres importantes, ils possèdent et contrôlent les entreprises, ils ont depuis longtemps acheté le Sénat, le Congrès, les institutions étatiques, les municipalités, ils ont les juges dans leurs poches et ils possèdent tous les médias principaux. Donc, ils contrôlent à peu près toutes les actualités et les informations que vous recevez. Ils vous tiennent par les couilles !

Julian Assange : «J’ai commencé WikiLeaks parce que j’ai compris cette réalité : afin d’apporter un changement significatif, nous devons élargir le cadre médiatique.»

———————

ce-que-vous-navez-pas-vu-a-la-tele

Santos Bonacci : «Les seuls trous du cul qui font de l’argent avec les péages sont une entreprise privée nommée TENIX, la propriété de la famille Salteri, une famille mafieuse, et ces salauds [en pointant le doigt en direction du tribunal] travaillent pour eux et tous les trous du cul qui travaillent pour ce système fictif de fausse monnaie. Et bientôt tout ça va s’écrouler, c’est sûr. [S’adressant au journaliste] Vous feriez mieux de dire la vérité.

Le journaliste interviewer : «Pensez-vous que cet argument vous permettra d’échapper [à la condamnation] ?»

Santos Bonacci : «Je ne vais pas utiliser cet argument. Je divulgue cela sur internet sur Astrotheology sur Youtube depuis environ trois ans. Donc, je suis déjà en train de détruire cette corruption. Parce que nous sommes des ÊTRES HUMAINS, des HOMMES et des FEMMES, nous SOMMES LIBRES ! Nous ne sommes pas soumis à ça [Il montre un extrait d’acte de naissance], à cette mort de la part du Vatican. Ça, c’est la mort, c’est un certificat de MORT. C’est un bonx. Nous avons été garantis et monétisés, et [au journaliste] toi aussi. Et tu fais partie de la fraude ainsi que Channel 7 qui raconte des calembredaines au monde. Peux-tu m’assurer que tu diffuseras tout ça sur les ondes ? Je ne crois pas. Ce sera édité parce que vous n’êtes que des menteurs, et vous travaillez avec les Rothschild et les Windsorxi qui possèdent la Réserve Fédéralexii et le cours légal qui nous ont asservis. Je vais enseigner aux Australiens à émettre des billets à ordre. Des BILLETS À ORDRE afin de payer par leur propre SOUVERAINETÉ, de payer avec leurs propres bons. Ceci est un bon [il agite l’extrait d’acte de naissance qu’il tient en main], les amis. Les banksters se font des milliards avec votre sang et votre sueur… et nous venons ici, regardez tous ces gens, regardez tous ces pauvres gens qui travaillent pour un cours légal fictif de fausse monnaie. Avocats : idiots, trous du cul ! Vous venez ici pour VOLER l’argent des gens. Meurtriers, meurtriers !

Le journaliste interviewer : […] vous devriez payer vos amendes comme tout le monde…»

Santos Bonacci : «Oui ?… parce que la plupart des gens sont tellement abêtis, ce sont des danseurs, de vrais danseurs. Nous sommes LIBRES ET SOUVERAINS, pourquoi pensent-ils qu’ils doivent payer des péages à une famille, la famille Salteri… la famille Salteri ! Une seule famille possède TENIX, et c’est dans ses mains que vont vos paiements de péages. Réalisez-vous cela ? Réalisez-vous que l’argent des péages ne sert pas à la réalisation d’infrastructures du tout ?

Le journaliste interviewer : «La plupart des gens paient les péages parce que… Irez-vous en prison pour cela ?»

Santos Bonacci : «Je suis un HOMME. S’ils veulent que quelqu’un aille en prison, ils peuvent mettre cette ‘personne’ [il montre encore l’extrait d’acte de naissance qui représente une ‘personne juridique’] en prison. Ceci est une personne et ceci [en pointant vers lui-même] est un HOMME. Les HOMMES ne vont pas en prison. Je ne suis pas une garantie pour leur paperasse.

Le journaliste interviewer : «Mais pensez-vous que cet argument légal va…»

Santos Bonacci : «Ce n’est pas un argument légal, c’est LÉGITIME, c’est la LOIxiii, et il est temps de réveiller ce monde, parce que ceci est la raison pour laquelle des ‘lois’ ont été générées partout, c’est de la merde ! C’est un pot de merde ! C’est un système qui est la propriété du Vatican. Vous avez été réduits en esclavage, tous les gens ici ont été réduits en esclavage, tout le monde a été réduit en esclavage par son bon d’acte de naissance. Ceci est un certificat de MORT. Ce que vous devez faire c’est de vous montrer judicieux et aller au service d’état civil pour obtenir un de ces documents : l’enregistrement de la déclaration de naissance qui montre clairement que vous êtes nés VIVANT et pas morts-né, et voyons ce qu’ils pourront bien faire d’un HOMME VIVANT. Réveillez-vous, les gars, le moment est venu de VIVRE ! Le temps est venu de se positionner dans le monde des VIVANTS, pas dans le monde des MORTS.

Un homme dans la foule : «Ne t’en fais pas, Santos, tout ça sera sur Youtube !»

Santos Bonacci : «Pas de souci…»

[Tout le monde parle en même temps! Santos Bonacci rentre au tribunal avec ses soutiens et la presse.]

vous-devez-commencer-par-la-verite

Woody Harrelson, acteur américain (extrait du documentaire ‘Ethos’, 2011, Médias pour le changement) : «Les médias aux mains des grandes entreprises ne feront la promotion que des politiciens qui ne serviront que leurs intérêts. Ce serait totalement illogique pour eux de faire autrement. Il serait également tout à fait illogique de s’attendre à ce que les politiciens changent le système qui leur donne du pouvoir. Mais cela soulève la question de savoir quel genre de démocratie nous avons exactement…»

channel-7-news-est-revenu

[Santos Bonacci sort seul du tribunal. Une poignée de reporters l’accapare, puis la foule s’épaissit autour de lui…]

Santos Bonacci : «Vous êtes de Channel 7, n’est-ce pas ?»

Le journaliste : «Allez-vous payer les amendes ?»

Santos Bonacci : «Eh bien, nous allons les payer de la bonne façon, pas avec des espèces comme le font les idiots. Les idiots qui paient ces titres commerciaux avec des espèces sont fondamentalement ignorants et causent davantage de fraude et de dette au pays. La manière de payer toute chose est par des billets à ordre. NOUS AVONS LE POUVOIR D’ÉMETTRE DE LA MONNAIE. Ce que nous avons faitxiv c’est de déférer ce droit aux banques, c’est-à-dire à une banque : la Réserve Fédérale. La Réserve Fédérale n’a aucune ‘réserve’ et ce n’est pas une banque, c’est une entreprise frauduleuse qui opère dans ce pays et qui est la propriété privée des Rothschild, des Windsor et des Rockefeller, et ce sont les seuls qui profitent du fait que nous utilisons et que nous payons avec des espèces. La façon de payer est de régler au travers de votre bon ; l’acte de naissance est un bon. Il y a plus de valeur dans ce bon que n’importe quelle amende qu’on pourrait vous imposer dans n’importe quel tribunal sous le soleil. C’est votre valeur. C’est votre vie. Ils vous l’ont volée. Quand vous êtes nés, un de ces documents a été émis, l’acte de naissance – qui devrait d’ailleurs s’appeler le certificat de mort. C’est un document comptable préliminaire. La manière de payer est par billets à ordre, avec des titres négociables, pas avec des espèces. Il faut cesser d’utiliser les billets de la Réserve Fédéralexv, ils sont la propriété de CRIMINELS : les Windsor, une famille criminelle, et les Rothschild, une autre famille criminelle.

Le journaliste : «Lors de votre prochaine audience au tribunal dans trois mois… vous n’avez pas payé ces amendes…»

Santos Bonacci : «Je vais les payer cet après-midi avec un billet à ordre. »

Le journaliste : «Vous allez payer 130 000 dollars cet après-midi ?»

Santos Bonacci : «Oui, tout à fait. Il n’y aura pas d’autre audience. Il n’y aura aucune autre audience car ce sera payé de façon HONORABLE. En fait, ce n’est même pas honorable dans la mesure où j’ai le sentiment de commettre une fraude en payant parce que je n’aurais jamais dû coopérer du tout avec ce système commercial infecte et sordide. Vous et moi avons été monétisés. Vous avez été monétisés au travers de ce titre [il montre l’extrait d’acte de naissance]. Vous êtes l’argent aux yeux des banksters ! Voyez-vous, les banques déposent 6 millions de dollars sur ce document à l’hôpital [lieu de naissance], et savez-vous combien elles récoltent sur ces garanties sur les marchés financiers ? Au moment de ta retraite, tu auras produit six milliards de dollars pour les Rothschild, mon pote. Ils ont plein de robinets en or, de champagne, de caviar et de cigares dans leurs demeures tandis qu’une énorme partie de l’Humanité MEURT de faim. Et les guerres que les Rothschild perpètrent dans le monde, toutes ces guerres en Syrie, Afghanistan, Libye, tout cela vient de familles pédophiles, les Rothschild, et la famille Salteri propriétaire de TENIX qui nous impute des fais de ‘péage’. Il n’y a qu’une seule famille dans ce pays qui profite des péages et c’est la famille SAL-TE-RI. Une famille criminelle mafieuse qui suce tous les profits. Rien de tout ça ne sert à financer des infrastructures. Je ferai des vidéos sur la façon de payerxvi afin que nous cessions d’utiliser les billets de banque. Chaque fois que vous allez payer vos ‘services publics’xvii, vous aggravez la dette publique. En êtes-vous conscient ? Je n’ai pas l’impression que vous le comprenez. Vous êtes sûrement en train de penser ‘ce gars- est complètement barjo !’»

Le journaliste : «Non, non…»

Santos Bonacci : «Tu dois comprendre, mon frère, tu dois comprendre. Chaque fois que tu utilises ces espèces, c’est l’argent du SANG. Les billets de la Réserve Fédérale [sont l’argent du sang]. Quelqu’un a un billet ?»

Le journaliste : «Irez-vous en prison ?»

Santos Bonacci : «Je suis un homme vivant, je ne vais pas en prison. [En montrant l’extrait d’acte de naissance] ils peuvent mettre ‘Monsieur Santos Bonacci’ en prison s’ils veulent. [En montrant le billet qu’on lui a passé] Voyez-vous ici ? C’est écrit ‘cours légal’. Ceci n’est PAS de l’argent. C’est un billet inutile et sans valeur, et en plus, c’est l’argent du sang, propriété des Rothschild, d’une famille. Mes amis, apprenez à payer. Émettez des billets à ordre et réglez vos dettes avec les billets à ordre qui sont appropriés. [En montrant des billets de banque] Ces billets sont le cours légal, c’est de la fraude.»

Le journaliste : «Reviendrez-vous au tribunal ?»

Santos Bonacci : «Certainement pas !»

Le journaliste : «Certainement pas ? Très bien… Merci beaucoup à tous.»

Santos Bonacci : «Faites ce qui est honorable, diffusez ce message.»

Le journaliste : «Je le ferai.»

Santos Bonacci : «Tu te rendras ridicule, sinon, car tu es un esclave de Murdoch, un esclave des Rothschild, un esclave des Windsor, un esclave de ce gouvernement criminel coupable.»

Un homme le prend à part : «Dis-moi, Santos, que penses-tu arrivera si tu ne fais pas appel ?»

Santos Bonacci : «Ce qui va se passer, frère Ken, c’est que nous allons faire un joli billet à ordre à hauteur de AUD 130 000, et nous allons enseigner à tous ces pauvres Australiens à se débarrasser de ces sales billets de cours légal, l’argent du sang et de la dette, et on leur enseignera comment payer parce qu’ils ne méritent pas cela. [En pointant vers le tribunal] Ceci est une entreprise privée enregistrée à la Securities & Exchange Commission (SEC)xviii à New York. Les Shérifs sont enregistrés à la SEC à New York. Ce sont tous des entreprises privées, les amis. Je vous en prie, mes amis, ne faites pas d’affaires avec ces vampires. Ils détruisent notre pays.»

Ken : «Juste pour t’informer, Santos : depuis ces deux dernières années, je paie avec des billets à ordre… j’ai utilisé les billets à ordre et ils m’ont foutu la paix… »

Santos Bonacci : «Exactement ! Émettez votre propre argent, Australiens ! ÉMETTEZ VOTRE PROPRE ARGENT ! Apprenez à émettre votre argent pour payer pour tout parce que ces [titres de] dettes [il montre un billet de banque] enfoncent nos enfants dans la dette pour l’éternité. Et il y a du sang sur ces dettes. [En s’adressant aux journaleux] Vous avez une telle responsabilité, les gars, de dire la vérité aux Australiens. Il n’y a qu’une poignée de gens qui possèdent les entreprises… [inaudible]

[Une pause s’installe dans la foule et le journaliste (en costume) semble pensif (la vérité serait-elle en train de le tirailler?)]

Santos Bonacci : «OK, ce qui s’est passé aujourd’hui c’est que j’ai réglé cette affaire. On m’a ordonné de ‘payer’, mais comment puis-je payer ? Pour la plupart des gens, payer c’est donner du cash, un chèque ou quelque chose du genre. Mais la chose c’est que NOUS AVONS LE POUVOIR DE CRÉER LA MONNAIE tout comme le font les banques. Les banques ont les plaques et les presses pour créer l’argent, et comment pouvons-nous créer l’argent ? En émettant des billets à ordre. Donc, ce que nous allons faire c’est de solder le compte. Ils savent ce que cela veut dire. [En montrant l’extrait d’acte de naissance] Ces bons valent des milliards et sont potentiellement les nôtres, et nous pouvons les revendiquer dans la mesure où nous sommes les fiduciaires de notre bon/acte de naissance. Par ignorance, nous pensons qu’il ne s’agit là que d’un acte de naissance qui indique que nous sommes un membre de cette société particulière et que nous en sommes citoyens, etc., mais ce que c’est en réalité, c’est un titre financier garanti qu’ils cotent en bourse ! En fait, il n’y a que les banques qui profitent de notre acte de naissance. Donc, quand nous réglons une dette, en réalité, nous ne faisons que la soustraire de la valeur du titre, ou plutôt de notre valeur car nous servons de collatéraux aux titres dans la mesure où depuis 1933 quand ils ont éliminé l’étalon-or, les banques ont endetté tous les pays du globe, ils les ont tous mis en faillite. Nous sommes en faillite. Ce que font ces gens c’est de gérer la faillite dans ces tribunaux commerciaux privés. Ce ne sont pas des tribunaux de Droit Coutumier, ils n’ont rien à voir avec Queen’s Benchxix, le Droit Coutumier ou l’équité ou encore les droits de l’Homme. Ce sont juste des tribunaux administratifs qui ne cherchent qu’à se faire payer. Donc, voilà, nous y sommes allés aujourd’hui et avec honneur avons offert de ‘payer’. Ce qu’il faut retenir c’est que quand je paie, je le fais en vertu de ce titre particulier au moyen d’un billet à ordre. Et le résultat c’est que cela leur enlève le cash des mains parce qu’ils sont censés gérer cela pour nous en tant que fiduciaires publics. Ils le savent. Ils savent qu’ils sont censés régler tous les comptes parce que nous avons une valeur qui excède de loin n’importe quelle facture de ‘services publics’, d’impôts et autres passifs. Toutes ces responsabilités… ces gens en tant que fiduciaires publics qui utilisent nos contributions fiscales pour faire leur travail sont en fait en train de cumuler quand ils donnent des amendes et condamnent les gens à payer avec des billets de banque. Les billets de banques appartiennent à une famille, ils ne nous appartiennent pas. Et il s’agit d’une famille va-t-en-guerre, les Rothschild, et c’est pour cette raison que nous sommes perpétuellement en dette et en guerre. Parce que NOUS utilisons constamment leurs billets ! NOUS DEVONS CESSER D’UTILISER LEURS BILLETS. Nous devons apprendre à payer avec des titres négociables, avec des billets à ordre […]. Donnez-leur leur argent LÉGITIMEMENT et de façon HONORABLE au lieu de commettre la fraude. Chaque fois que vous utilisez les billets de banque, vous commettez une fraude quel que soit ce que vous payer avec. Quelque soit la manière dont vous payez, si elle ne consiste pas à émettre votre propre argent, c’est de la fraudexx. Alors, les amis, la morale de cette histoire c’est APPRENEZ À CRÉER L’ARGENT, parce que nous avons plus de pouvoir que les banques pour faire notre propre argent à partir de notre valeur.

[La foule l’applaudit.]

Santos Bonacci : «J’ajoute une dernière chose, les gars, chers Australiens et chers gens qui cherchez vraiment à vous libérer, rappelez-vous que votre acte de naissance est un titre financier dont voici le numéro [il montre le numéro sur son extrait d’acte de naissance], il y a aussi un numéro de CUSIPxxi et le numéro de la banque ; vous avez été monétisés, vous avez été asservis par l’acte de naissance qui est un certificat de mort. Je vous en prie, allez au service de l’état civil et demandez votre déclaration de naissancexxii car ce document vous soustraira à leur juridiction et vous rétablira dans le monde des vivants, ce que le juge a REFUSÉ d’accepter de ma part aujourd’hui. Le magistrat a REFUSÉ d’accepter ce document alors même que je l’ai soumis en tant que preuve dans les annexes. Ce que ce document montre, c’est que vous êtes VIVANT. Voyez : Santos Bonacci en initiale majuscule et autres lettres en minuscules, sexe : mâle, et VIVANT [l’option étant ‘vivant ou mort-né’]. Donc, ceci rétablit pour tous que vous êtes vivant. Allez vous procurer ce document, cela coûte environ 20 à 30 dollars, et sortez de leur NAVIRE, leur ‘navire de citoyenneté’xxiii parce que ceci [il pointe vers le tribunal] est un NAVIRE régit par le droit de l’amirauté (droit maritime), et quand vous entrez là, vous êtes dans leurs EAUX et vous pourriez ne pas en revenir sain et sauf parce que [il montre l’extrait d’acte de naissance] ceci assure que vous êtes MORT dans les EAUX [‘perdu en mer’]. Ce document lui-même est un navire dans les eaux… de l’air ! [il lance le papier en l’air et se reprend]… dans les eaux de la mer. C’est un navire de citoyenneté, tandis que ceci est un document du vivant. Quand vous vous rendez au tribunal ou tout autre endroit de ce genre, cela notifie les entités mortes qui s’y trouvent que vous êtes VIVANT, que vous êtes un homme ou une femme ; pas une ‘personne’. Ceci est une personne [il montre l’extrait d’acte de naissance], ceci est un homme [il montre une copie de la déclaration de naissance]. […]xxiv Une ‘personne’ signifie une ‘corporation[entreprise en français] et dans corporation il y a la racine ‘corp’ qui signifie mort [‘corpse’ en anglais = cadavre]. C’est un morceau de papier ; c’est mort. Dans la mesure où je suis vivant, vous pouvez entendre le son que je produis, vous pouvez entendre ma voix, vous pouvez voir que je suis vivant et que je me meus. Ceci est un morceau de papier mort qui n’a que deux dimensions. Et ce qu’ils ont fait c’est qu’ils nous ont obligés à commettre la fraude en créant une jonction entre nous et cette ‘personne’. Quand le juge parlait aujourd’hui, il s’adressait à «monsieur Santos Bonacci». «Monsieur» est un titre qui appartient à une ‘personne’, et je ne suis pas une ‘personne’, je suis un HOMME, un homme de chair et de sang. Cette ‘personne’ [l’acte de naissance] peut aller en prison. Vous avez cette ‘personne’ sur votre acte de naissance qui est un certificat de mort, mais les archives de votre naissance viable indiquent que vous êtes vivant. Je vous en prie, obtenez ce document. Allez le chercher et ayez-le sur vous à tout moment. Et sortez de la juridiction de la police et des juges qui pratiquent la fraude contre votre nom, contre votre statut d’ÊTRE VIVANT en vous réduisant à une ‘personne’ qui est une entreprisexxv. Vous ne voulez pas être une entreprise car une entreprise est un cadavre, c’est mort, ça ne vit pas, ça ne parle pas. Ils ne peuvent pas entendre votre voix au tribunal. C’est un processus commercial. Ils ne peuvent traiter qu’avec les morts sur leurs navires, leur ‘navire de citoyenneté’ ; et vous ne voulez pas être citoyen. Vous voulez être un SOUVERAIN sous la seule juridiction de DIEU. Comme le disent les Écritures, nous obéissons à Dieu plutôt qu’aux hommes et ne respectons pas les ‘personnalités’. Si vous respectez cette personne [le nom sur l’acte de naissance], vous commettez une fraude. Merci.

Quelqu’un dans la foule : «Merci.»

[Santos Bonacci rend le micro, et s’en va en échangeant quelques mots ici et là].

Fin de la traduction de la vidéo.

Traduit de l’anglais par Sylvie: de la famille Buisson (05 novembre 2016)

——————————

Santos Bonacci a été CONDAMNÉ À SIX SEMAINES DE PRISON POUR OUTRAGE AU TRIBUNAL !!! CONDAMNATION INIQUE ET SANS FONDEMENT, à mon avis. Le système n’aime pas que ses esclaves s’émancipent, et le leur fait payer très cher, comme autrefois. Toutefois, on retiendra qu’il a payé la somme de 130 000 dollars australiens, près de 90 000 euros, avec un billet à ordre, c’est-à-dire avec de l’argent créé à partir de rien par LUI-MÊME, comme le font les banques, et que ce billet à été accepté car c’est du POGNON !!

Les Notes de BibiCabaya :

i  Comme un «évadé fiscal», c’est quelqu’un qui ne paie pas les péages.

ii  AUD = dollar australien.

iii  Ce que le pauvre homme nomme ‘justice’ est un système commercial privé corrompu et criminel dont l’unique but est le profit à tout prix.

iv  QUI vole VRAIMENT les contribuables ? Santos Bonacci qui refuse de payer une famille privée qui a racheté les péages DÉJÀ PAYÉS PAR LE PEUPLE AUSTRALIEN pour une bouchée de pain afin de mieux le plumer tout en piétinant ces droits inaliénables d’aller et venir sans obstruction, ou cette famille Salteri de sangsues sans vergogne ?

v  Et qu’est-ce qui la rend «bizarre» ? Le journaliste ne le dit pas…

vi  Vous aurez compris que Santos Bonacci NE DOIT RIEN DU TOUT À PERSONNE, il apporte simplement sa contribution à la chute du système esclavagiste de dette perpétuelle. Mais le système veut lui faire croire – et VOUS faire croire – qu’il doit de «l’argent» pour avoir emprunté les péages, et que vous aussi lui en devez pour les mêmes raisons. Santos Bonacci est un SOUVERAIN et connaît les règles du jeu.

vii  Peut-on vraiment croire que les gens INJURIAIENT le juge dans la salle ??

viii  Ce qui est le cas, à n’en pas douter… comme partout ailleurs dans le monde !

ix  Et la police n’a rien fait ? Le juge ne lui a pas demandé d’intervenir pour rétablir l’ordre ? Mort de rire !! Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage…

x  Une obligation au sens financier du terme.

xi  La famille ‘royale’ d’Angleterre.

xii La Réserve Fédérale d’Australie. Il y a des Réserves Fédérales un peu partout dans le monde. C’est le système privé de réserve fractionnaire (argent créé à partir de rien à rembourser avec intérêts) mis en place par les Rothschild. Au passage, elles ne sont ni des réserves (pas d’argent) ni fédérales (elles sont privées)… elles n’en ont que l’appellation.

xiii  Quand les Souverains parlent de la LOI, ils font référence à la LOI NATURELLE, LA LOI DE DIEU. Tout autre chose tombent dans la catégorie «statuts» car les entreprises ne produisent pas de LOIS mais des statuts.

xiv  Ce sont les politiciens qui l’ont fait, pas nous. Mais nous l’avons tout de même accepté, par ignorance.

xv  Ou ceux de la Banque Centrale Européenne, les fameux euros.

xvi  Une vidéo de Michael Tellinger a été traduite sur ce blog qui expliquait la manière de créer ses propres billets à ordre pour payer tous les mafieux qui sont à nos trousses pour nous faire les poches. Dans le système de «promesses de payer», c’est-à-dire le système bancaire et financier actuel, le billet à ordre est la seule manière correcte de ne pas participer à la dette et à la fraude.

xvii  Eau, électricité, impôts, taxes, etc.

xviii  La SEC est le gendarme américain des marchés financiers.

xix  Il s’agit, à mon sens, des tribunaux du Royaume-Uni et du Commonwealth, la Reine d’Angleterre ayant fait serment solennel et public, lors de son couronnement, de faire respecter le Droit Coutumier !

xx  Créer notre propre argent est un DROIT inaliénable que les banques et les «gouvernements» nous ont volé sous la menace de la force et de l’emprisonnement en martelant que nous n’avions pas ce droit… Nous avons le droit de créer toutes les représentations de valeur que nous estimons nécessaires à nos échanges. L’OPPT a rétabli ce droit au moyen du système UCC : «Le peuple unique de cette Terre et tous les Êtres, protégés et préservés par la fiducie, individuellement et équitablement, sont désormais les seuls et uniques émetteurs légaux et légitimes de toute REPRÉSENTATION de valeurs et, en particulier, de devises». L’UCC est le droit international des affaires, le droit commercial international et, également, on s’en doute, le droit de ceux qui se prennent pour Dieu sur Terre ! Les enregistrements de l’OPPT demeurent dans les archives publiques à Washington, D.C.

xxi  Identifiant d’un titre garanti sur les marchés financiers.

xxii  C’est un document signé par un de vos parents ou par votre tuteur, ou encore un agent de l’état civil à l’hôpital. C’est la SEULE PREUVE PAPIER que vous êtes nés VIABLE. Tous les autres documents indiquent que vous êtes MORT (perdu en mer à l’âge de 7 ans… Mer → droit maritime = droit commercial). En France, ces documents sont conservés au Ministère de l’Intérieur.

xxiii  ‘Navire’ (ship en anglais) a trait au droit maritime. Dans le système, tout est régi par ce droit quel que soit l’appellation qu’on lui donne, à savoir : droit civil, droit pénal, droit de la famille, droit public, droit privé, etc. c’est pour mieux nous entuber ! ‘Citoyenneté’ en anglais se dit CITIZENSHIP. Beaucoup de mots en anglais se déclinent en –ship, ex. friendship, partnership, scholarship, blablaship… Tous des NAVIRES, tous sur la MER, donc tous en COMMERCE ! Par opposition, le Droit Coutumier est le droit de la terre = LEX TERRAE. Contrairement à ce qu’on cherche à nous faire croire, il n’y a que DEUX CATÉGORIES de droit : le droit de la mer et le droit de la terre. Le droit de la mer concerne tout ce qui se rapporte au COMMERCE ; et le droit de la terre concerne les affaires des ÊTRES HUMAINS VIVANTS. Tristement, et depuis longtemps, le droit de la mer s’est imposé sur la terre ferme, et les affaires des êtres humains sont traitées par ce droit… Il faut l’en déloger par l’imposition du droit de la terre : le droit coutumier — qui n’est pas un droit écrit : il est seulement écrit dans nos consciences car c’est la connaissance du Bien et du Mal.

xxiv  Les détails qu’ils relèvent dans cette séquence sont différents en France et ne s’appliquent pas. Il n’y a pas non plus de numéro en rouge sur les extraits de naissance français (en tout cas, il n’y en a pas sur le mien), ce qui est probablement le signe que la France est un peu en retard par rapport au système sur cette question. Et il est intéressant de noter qu’une loi sur la fiducie a été votée assez récemment. Pourquoi ? Qui a besoin de fiducie (si ce n’est le système lui-même) ? La France chercherait-elle à rattraper son retard dans l’asservissement global de sa population ? 

xxv  ‘Corporation’ vient du mot incorporated qui signifie ‘enregistré’. Nous sommes ENREGISTRÉS à l’état civil = registre commercial ! Nous sommes donc considérés et TRAITÉS comme des entreprises, des choses mortes, des objets, des biens meubles.

Publicités